> GRUIk

Tous les articles du site en vrac mais pas trop. Nouvelles fraîches et dernières avancées du projet.

Le DVD "Gruik" sérigraphié est enfin arrivé.

Vous souhaitez avoir ce magnifique objet qu’est le DVD "Gruik". Envoyer nous donc un mail.

communication

Le "projet Burger" se renomme "Burger for ever". En voici un résumé, un scénario et un début d’animatique.

La mue du burger

Un nouveau scénario tiré de Mourriture.

Synopsis

Dans un supermarché, un homme est déguisé en hamburger à grande bouche et jambes musclées. Il est en tête de gondole du rayon fruits et légumes, et dos à une pile d’emballages verts. L’homme-hamburger danse sur un hip-hop publicitaire. La musique, diffusée par un simili Ghetto Blaster, chante les mérite d’un hamburger "sain et savoureux" : le "Biorger". La musique s’arrête, l’homme-hamburger apostrophe les clients. Les gens passent, sans lui prêter attention. C’est un bide. L’homme-hamburger est fatigué. En nage dans son costume en mousse, il répète son slogan pour la 100e fois. La musique reprend, et il recommence sa chorégraphie sans aucune énergie ni conviction. Dans un pré ensoleillé, le hamburger à grande bouche et jambes musclées incarnant « Biorger » chante son rap publicitaire avec énergie. Il est entouré d’une tomate et d’une bouteille de soda verte, elles aussi munies de jambes. Un homme regarde la télévision dans un grand salon plongé dans la pénombre. Il est assit dans un fauteuil mou. La télévision diffuse le clip vidéo du « Biorger ». L’homme regarde le clip vidéo. Au bout d’un moment, ses yeux transpirent, jaillissent de leurs orbites, grossissent à grande vitesse, l’homme essaie de les contenir, mais ils sont trop lourds. Ils tombent par terre, comme deux vers blancs obèses, et continuent de grossir jusqu’à toucher la télévision. Le « Biorger » s’arrête de chanter. La musique continue un instant puis stoppe à son tour. Bouche bée, le Biorger s’avance vers les deux énormes yeux. Il fixe ces globes oculaires difformes. La tomate le rejoint, munie d’une pompe distributeur de sauce, qu’elle plante dans un oeil. Elle saute sur la pompe pour en faire jaillir de la mayonnaise, qui asperge le hamburger. D’abord surpris d’être arrosé de sauce, le Biorger encourage la tomate qui saute frénétiquement sur la pompe. La vue de ce spectacle fait rougir la bouteille de soda, son logo change, passe de « Biocola » à « CoolCoke ». Le Biorger ouvre grand la bouche pour se gaver de mayonnaise. Un homme, Nick, garnit son hamburger « Biorger » de mayonnaise à l’aide d’un distributeur-pompe. Le hamburger « Biorger » est sur un plateau accompagné d’un énorme gobelet de soda, d’une petite salade de crudités et d’une demi pomme. Nick va s’asseoir à une table. Derrière lui, une télévision montre des légumes jouant avec une vache dans un pré. Nick commence à manger son hamburger « Biorger ». Il a l’air maussade. Nick cligne lentement des yeux en songeant au "Biorger". Le « Biorger » apparaît dans sa tête, sourit et commence à danser.

Nick mâche, concentré sur sa nourriture. Il relève la tête, et se fige au milieu d’une bouchée. En face de lui, un couple déjeune. Leurs yeux, énormes, sont maintenus à leur tête par un soutiens gorge. L’homme mastique un hamburger, faisant remuer ses yeux sur un rythme langoureux. Nick fixe les yeux moulés par le soutien gorge, un filet de bave pointe au coin de sa bouche. Le Biorger, sur la cervelle de Nick, observe Nick lorgner les yeux de son voisin. Il réfléchit. Derrière lui, à la télévision, les légumes entament une transformation : il leur pousse des muscles et des seins. Le Biorger sourit, tire une perruque rose fluo de la cervelle de Nick et la lui pose sur le crâne. Nick est nu sur un tapis roulant. Devant lui, un homme et une femme, derrière lui une longue file d’humain des deux sexes, tous affublés d’un perruque. Le tapis roulant avance et l’homme se retrouve face à une machine, munie de bras terminés par des seringues reliées par des tubes à des pompes. La tomate dirige la machine. Elle enclenche une manette et les seringues se plantent dans le ventre et la poitrine de la femme. Les seringues lui vident le ventre, et ré-injectent tout ce qu’elles ont pompées dans ses seins. Puis la tomate presse un bouton, la femme est maquillé en mode voiture volée et le tapis roulant l’emporte. C’est au tour de l’homme. La machine se branche sur son ventre, ses épaules et son pubis, et pompent le bide pour remodeler épaules et entrejambe. La tomate presse son bouton, l’homme est huilé et épilé. Au tour de Nick. La machine pique son ventre et sa poitrine. Il est remodelé et maquillé comme la femme puis emporté. Nick se retrouve dans une pièce sombre. Il est en compagnie d’hommes et de femmes, eux aussi retouchés par la tomate, sans forcement de cohérence avec leur sexe d’origine. Non loin de là on entend la machine à liposucer qui continue sur un rythme constant. Une bouteille de soda « CoolCoke » pose un vinyle sur une platine de mixage. Une basse lourde résonne, en rythme avec les bruits de machine. Elle met un autre disque sur l’autre platine et scratche. Le Biorger commence à rapper, il chante le plaisir de manger sans retenue et dit s’appeler « Juicy ». Nick, ainsi que tous les occupants de la pièce, commence à danser. La pièce s’illumine, tous ses occupant font partis du clip de « Juicy », lequel chante juste devant eux. Un homme regarde la télévision au milieu d’une pièce sombre. La télévision diffuse le nouveau clip du nouveau hamburger à la mode « Juicy ». Ce hamburger se moque des végétariens, pro-bio et autres frigides des papilles. L’homme regarde, mais ses orbites sont deux gros trous vides.

Projection de Gruik au Festival ciné d’archi

Projection de Gruik le lundi 4 Mars 2013 à 14h00 à Forcalquier dans le cadre du festival ciné d’archi

mots clefs: diffusion

La libellule des steppes

Alors que nous écrivions le scénario de prochain GRUIK, le facteur sonna à notre porte.

Et nous remis un mystérieux paquet :

Il fait "krlinch krlinch" quand on le secoue, contient du verre brisé, une feuille de papier et ceci :

Le prix que GRUIK le film a remporté au festival Libellula ! Trop la classe !

Merci beaucoup à eux...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 |...
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Contact

chezgruik(a)no-log.org